Cette petite chienne avait tellement peur des êtres humains, qu’elle a dû être ramenée au refuge enveloppée dans un pull-over.

Lorsque Echo est arrivée au refuge, cette petite femelle chihuahua en avait terminé du genre humain.

- Publicité -

Echo était enveloppée – probablement pour la garder en sécurité – dans la veste de l’homme qui l’avait amenée là après l’avoir trouvée, ce qui rendait toute manipulation de l’animal assez délicate.

TRISH ALEVE

« Ils ont pris la chienne et la veste, et puis ils ont réussi à sortir la chienne de la veste, pour la rendre à son propriétaire, et il est reparti », explique Trish Aleve, mère d’accueil bénévole au sein du Chihuahua Rescue and Transport, à iHeartDogs.

Et effectivement, dès que quelqu’un s’approchait un peu trop de la pauvre bête maussade, prostrée dans ce refuge de Toronto, dans l’Ontario, elle tentait de mordre.

« C’est à cause de cela qu’ils ont eu des doutes quant à sa mise à disposition pour adoption », explique Aleve. « C’est pour cela qu’ils nous ont contacté. »

TRISH ALEVE

Aleve, qui avait déjà recueilli temporairement de nombreux chiens pour le compte du CCRT, s’est proposée pour tenter de rendre à Echo sa confiance envers le genre humain.

Et c’est ainsi que cette chienne cruellement amaigrie, avec une peau sèche et fissurée, est arrivée chez Aleve, où elle a rejoint un trio de chiens baptisés Buster, Harley et Taco.

- Publicité -
TRISH ALEVE

Dans un premier temps, Echo n’avait que faire de tous ces compagnons.

« Elle a commencé à sortir, et à examiner son environnement. Elle m’a autorisée à la toucher un peu, mais elle était particulièrement nerveuse », se souvient Aleve. « Elle ne me laissait clairement pas la prendre dans mes bras, ou quoi que ce soit de ce genre. »

Mais au fil du temps, Echo est devenue un peu plus curieuse de ce nouveau monde étrange, où personne ne semblait lui vouloir de mal. Pas même les autres chiens de la maisonnée. D’ailleurs, le trio a tout fait pour qu’elle se sente à l’aise dans son nouvel environnement.

TRISH ALEVE

« Mais ça restait toujours de son initiative », explique Aleve. « Elle venait vers moi, se blottissait contre moi, et je pouvais alors lui faire des caresses. Mais si moi, spontanément, j’allais vers elle, elle partait en courant. »

Buster, un chien de thérapie, a été pour elle une présence régulière et apaisante.

« Ce n’est pas un chien très joueur, mais il a une présence très apaisante », explique Aleve. « Elle le comprend très bien, et elle se blottit contre lui lorsqu’elle a besoin de se détendre un peu. »

- Publicité -

Et, petit à petit, Echo a fini par trouver sa place.

TRISH ALEVE

Pour Aleve, cela voulait dire qu’elle n’aurait plus à courser Echo dans toute la maison. Du moins, pas autant qu’avant.

« Elle tente toujours de s’échapper un peu, mais désormais, elle ne fait plus que deux tours autour de la table de la cuisine avant de s’avouer vaincue, et de dire « D’accord, c’est bon, tu m’as attrapée. » explique-t’elle.

Et puis, quelques signes ont commencé à apparaître, montrant que Echo n’était peut-être pas si indifférente que ça à l’humaine qui partageait sa vie.

TRISH ALEVE

« Et maintenant, elle est vraiment contente lorsque je rentre à la maison », affirme Aleve. « Elle court dans tous les sens, enthousiaste. »

Bientôt, Echo devra apprendre à faire de nouveau confiance aux autres humains. Elle vient juste d’être proposée à l’adoption. Mais cette fois-ci, grâce à cette famille d’accueil, elle semble bien partie pour retrouver le bonheur.

TRISH ALEVE

SOURCEIheartdogs

Partagez vos commentaires ci-dessous