Chaque jour, cet homme nourrit 80 chiens errants car il ne supporte pas de les voir dans le besoin.

Ce restaurateur prépare même des quantités industrielles de sa recette spéciale.

Il y a cinq ans, une chienne malnourrie et sérieusement malade s’est approchée du restaurant de Michael Baines. Originaire de Suisse, ce restaurateur vivait en Thaïlande depuis neuf ans, et cotoyait sans les voir les centaines de chiens errants originaires de ce pays – mais ce jour-là, et chaque jour depuis, il lui a donné à manger.

- Publicité -

“Et c’est comme ça que tout a commencé”, explique-t-il à Newsner. “Et ça a tout simplement fait boule de neige. Je ne pouvais plus ignorer de chien dans le besoin.”

Chaque jour, Baines nourrit environ 80 chiens thaïlandais errants, avec un mélange de nourriture sèche pour chiens, de riz, de poisson cuit à la vapeur, de poulet, d’huile et de ragoût fait maison. Prendre le temps, chaque jour, de s’arrêter à trois reprises pour distribuer de la nourriture, n’est pas chose aisée, et le coût de cette générosité s’élève environ à 1000$ par mois.

Souvent, Baines reçoit des aides financières provenant de dons faits par des particuliers originaires des USA, de Thaïlande, de Suède et d’Australie, mais la plupart du temps, il dépense son argent personnel. Il explique :

“Chaque jour, alors que je me rend et que je rentre du travail, ou bien que je promène mes chiens (qui étaient eux-mêmes des chiens errants), je vois tous ces animaux abandonnés. Je ne peux plus les regarder et les ignorer.”

- Publicité -

Ce n’est clairement pas quelque chose de facile à assumer. Baines a beaucoup plus de fans que de détracteurs, mais “il y en a quelques-uns, tout de même”. Il insiste sur le fait que le problème ne provient pas des chiens, mais bien des personnes qui ne s’occupent pas de ces chiens – et refusent d’en être responsables…

Beaucoup de personnes achètent des chiots parce qu’ils sont mignons, avant de les abandonner lorsqu’ils deviennent “trop grands”, ou qu’ils ne sont plus attachants. Ces animaux ne sont pas stérilisés, et le problème de la surpopulation canine est alors encore aggravé par des naissances supplémentaires dans les rues.

“Je pense que les marchés et les boutiques qui vendent des chiots devraient être complètement fermées. Les personnes qui veulent un chien devraient se tourner vers la rue, ou vers les refuges. J’ai de nombreux animaux qui ont besoin d’un foyer, et ils sont tous gratuits.”

- Publicité -

Depuis que la femelle malade s’est présentée à son restaurant, Baines a permis la stérilisation d’une centaine de chiens, et l’adoption de 40-50 autres. Il espère que d’autres communautés vont permettre la stérilisation gratuite des animaux domestiques, et faire des efforts pour s’occuper des animaux errants, mais il sait que tout ceci est beaucoup trop coûteux.

Néanmoins, il garde constamment une caisse de nourriture pour chien dans sa voiture, au cas où un chien croiserait son chemin.

“C’est une “occupation” plaisante, mais elle est parfois très frustrante et émouvante, car on trouve beaucoup de chiens qui sont dans un état très sérieux. Je mets tout mon coeur dans cette mission, et en retour, je reçois l’affection de tous ces chiens que je rencontre. Tout ça en vaut la peine, car ça n’a pas de prix.”

- Publicité -

Il ajoute par ailleurs “Même si je ne peux pas tous les sauver, je me dis que j’arrive tout de même à changer les choses, même si c’est seulement pour un chien.”

Meet Michael, The man that rescues dogs. 14 years ago, Michael J. Baines left his home to go to Thailand and work in a restaurant. While at work one day, a street dog came by. She’d just had puppies, and was badly infected and very thin. Michael’s heart broke for her, and so he began to feed her every day.“That’s how it all started… I just can’t stand seeing dogs in distress,” Michael tells Newsner.

Gepostet von The Animal Bible am Donnerstag, 7. April 2016

Aidez Michael à poursuivre sa campagne de défense des chiens errants thaïlandais, en lui faisant un don sur le site GoGetFunding et partagez sa formidable histoire avec le plus grand nombre.